Du PRES à la CUE… l’université sacrifiée. Petit tour dans la galerie des horreurs en cours d’élaboration

Cue-logo

Communiqué 16/10/13 : Pour une Autre Université & Snesup

La loi sur l’ESR promulguée le 22 juillet 2013 (loi Fioraso) impose, entre autres, des regroupements d’établissements, soit sous la forme de fusions, soit sous la forme de Communautés d’Universités et d’Etablissements, option retenue sur le site Lyon-Saint-Etienne.

images

Quel est le processus ?

–        Transfert de compétences des établissements à la CUE

–        Accréditation au niveau de la CUE pour les diplômes

–        Attribution des moyens (crédits, personnels) à la CUE

*   l’État ne signera qu’un seul contrat, avec la CUE, qui redistribuera les moyens aux membres partenaires (dont les établissements privés, comme l’Institut catholique de Lyon, dénommé à tort  Université catholique de Lyon)

Quel est le calendrier imposé par la loi ?

–        Fin décembre 2013 : une première version des statuts et du règlement intérieur peut être présentée

–        Fin mars 2014 : les statuts sont adoptés par les conseils des établissements et celui du PRES

–        Eté 2014 : publication officielle des statuts de la CUE Lyon Saint-Etienne.

Quels sont les participants ?

* Obligation pour les 11 établissements publics relevant du MESR : les universités Lyon1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne, l’ENS, l’INSA, l’Ecole Centrale, Sciences Po Lyon, l’ENSSIB, l’ENISE, l’ENSATT

Et…

* Association possible pour les autres établissements : les établissements membres du PRES relevant d’une autre tutelle : VetAgro Sup, l’ENTPE, l’ENSAL, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, l’EM LYON, l’Institut Polytechnique de Lyon, l’Institut Catholique de Lyon…

Comment serons-nous représentés dans cette CUE ?

– Ce sera la « démocratie » indirecte, avec une très faible représentation des personnels au CA et, notamment, des BIATOSS

–  Les 3 « catégories » des EC, des BIATOSS et des étudiants ne représenteront que 30% des membres du CA de la CUE tandis que les représentants des établissements et les personnalités extérieures désignées par ces représentants représenteront 70% des membres du Conseil d’Administration de la CUE.

–  Le principe de la désignation se substitue, pour une part majoritaire des membres du CA, à celui de l’élection.

Que se passe-t-il actuellement dans nos établissements ?

Prétextant la mise en conformité urgente des statuts de l’université avec la future CUE, un flou gigantesque et catastrophique s’installe à tous les niveaux :

Les conditions de travail

–  Travaux, déménagements plus ou moins consentis de filières, situations de souffrance au travail, tant chez les enseignants, enseignants-chercheurs que chez les BIATOSS (recours croissant aux cellules de médiation et au CHSCT) :

–  Que se passera-t-il dans la CUE, machine encore plus énorme qui cumulera les difficultés de tous les établissements du site ?

Les formations 

*  La « nécessité d’organiser la lisibilité des formations et diplômes sur un même site va conduire :

  • A la suppression des doublons entre les établissements ! D’ici la rentrée 2014 ? 2015 ?
  • A la suppression de mentions entières ; musicologie ? lettres classiques ? anthropologie ?

Les étudiants

–  l’annonce du FUN (Fonds Unique Numérique) et de la montée en puissance rapide du numérique comme modalité substitutive des enseignements présentiels (moyen efficace de régler les problèmes d’encadrement)

Les doctorants

  • suppression des 17 Ecoles doctorales (ED) actuelles qui fusionnent sur 2-4 ensembles pour tout le site

–  Comment seront attribués les contrats doctoraux dans de telles « machines » ?

–  A quoi sert d’avoir organisé des formations, des suivis quand tout le travail d’encadrement des doctorants sera noyé dans un magma d’ED démesurées ?

La recherche et les laboratoires

  • en pleine préparation de la future vague d’évaluation, aucune orientation scientifique d’établissement à l’heure actuelle, aucun programme de travail collectif sur les dossiers des unités de recherche ;
  • périmètre totalement incertain des labos multi-tutelles
  • statut incertain pour les EA

–  Question : est-il vraiment utile, pour les laboratoires, de penser à la rédaction de leur projet quinquennal ?

Qui pilote cette transition ?

Des petits groupes de présidents et vice-président-e-s, regroupés en « groupes de travail », dont la composition reste complètement obscure malgré les promesses de transparence de la présidence, pilotent de façon autarcique et pyramidale la transition du PRES à la CUE, prenant des décisions qui vont concerner toutes les activités de base sans aucune concertation.

Cela se fait, par ailleurs, au moment où l’université est supposée organiser une projection collective des équipes pédagogiques, administratives et de recherche dans le prochain contrat.

A Lyon 2, pendant la fête des 40 ans des humanités…

Trois femmes à la trappe : placardisation de la VP Relations Internationales, démissions de la VP Ressources Humaines et de la VP Recherche.

L’équipe présidentielle éclate, les dissensions se révèlent.

Le Président refuse de s’expliquer en CA sur les dégâts humains de sa politique et quitte l’assemblée au moment du débat, c’est dramatique et irresponsable. Demain, il justifiera toutes les stratégies d’urgence.

Dans les composantes, dans les laboratoires, exigeons la démocratie, mobilisons-nous pour contrer cette destruction annoncée du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour mettre fin au laminage des personnels qui résistent à l’omniprésidence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s