Scrutin Lyon 2 : boycott du vote de la Présidence

Les communiqués récents de la Présidence de l’Université de Lyon 2 font l’impasse sur l’essentiel. A vouloir centrer l’attention de la communauté universitaire sur les provocations aux auteurs obscurs (tags homophobes ou dégradations de matériels) ou sur les seules modalités de lutte décidées par l’assemblée générale des étudiants (blocages), ces communiqués restent silencieux quant aux provocations gouvernementales, dont la dernière en date consiste non seulement à passer en force le décret sur la modulation des services des enseignants-chercheurs (ainsi que le décret CNU), mais aussi à faire étudier des maquettes de mastérisation (17 sur 100 attendues dont un nombre certain provenant des instituts catholiques), après avoir annoncé le report de la réforme d’un an.
A l’intérieur même de notre Université, une petite minorité de collègues, agacée par l’ampleur de la lutte contre les réformes qu’ils n’ont pas le courage de soutenir publiquement, multiplie les provocations, en incitant leurs étudiants à venir en cours, même au moment des assemblées générales (qu’ils dénoncent ensuite comme étant non démocratiques), et en organisant des contrôles d’absences et des évaluations de connaissances, malgré les consignes écrites de la Présidence. Ce sont ces comportements-là qui contribuent à monter la tension et à créer des divisions entre étudiants et collègues.
La dernière assemblée générale des enseignants-chercheurs qui a reconduit la grève jusqu’au mardi 28 avril 2009 a clairement réitéré notre détermination à sauver l’Université française : nous refusons de voir l’activité universitaire minée par l’individualisation des services (et autres primes au mérite), l’autoritarisme présidentiel, la privatisation rampante et la concurrence de tous contre tous. La grève reste l’arme la plus efficace contre la casse programmée du service public de l’enseignement supérieur, même si nous savons à quel point cette grève est coûteuse, pour nos étudiants comme pour nous. Si nous rentrons dans la 11e semaine de grève, à qui la faute sinon à une ministre qui refuse tout dialogue digne de ce nom avec les principaux acteurs du mouvement ?
Nous appelons l’ensemble du personnel, BIATOSS, enseignants et enseignants-chercheurs à ne pas se laisser duper par des questions subsidiaires et à boycotter le scrutin de lundi prochain. Aujourd’hui, comme hier, la seule vraie question est comment faire ensemble pour faire reculer le gouvernement et mettre en échec son offensive contre l’Université. Nous aurions préféré que la Présidence mette aux voix sa réponse à cette question.

Pour une Autre Université, SNESUP-FSU, SNASUB-FSU

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s