Recettes de maquettes du 1er avril

normal_recettecuisinebrioche1

Préparez vos maquettes à la mode régionale de votre choix.
Quelques suggestions de recettes à mettre en scène le 1er avril, à 16h30, place de la Sorbonne, soit sous forme de pancarte, soit en portant un costume évocateur. Déclamation des recettes envoyées par les facs, avec concours à la clé, défilé en costumes traditionnels, grosse marmite recevant les maquettes et les brûlant. Etc etc.

Si vous ne pouvez être présent(e) le 1er avril place de la Sorbonne, mais souhaitez participer à cette grande criée des maquettes, envoyez-nous vos recettes à postmaster@sauvonsluniversite.com et nous les diffuserons. Vous pouvez aussi donner vos versions des recettes ci-dessous
_____________________

Avant de commencer, quelques précisions scientifiques sur la remontée des maquettes : extrait du Dictionnaire ichthyologique français, Editions Educnat, Paris)

La maquette (Maketa universitae, Darcos) est un Téléosteen potamotoqué à tendance thalassodrome montrant un étonnant rectoratropisme négatif. Son temps de génération très rapide (quelques semaines, voire moins en cas d’urgence) lui permet de s’adapter à tous les biotopes malgré des conditions environnementales hostiles voire carrément ubuesques. Sa maturation a lieu, comme chacun le sait, dans la mer des sarcasmes. Le moment le plus spectaculaire du cycle de vie de la maquette est sans nul doute sa périlleuse remontée. Bravant tous les barrages imposés par les CRS [1], la maquette frétille frénétiquement car elle sait que le terme de son voyage doit impérativement être atteint avant le 31 mars, jour (espéré) de la fermeture des vannes dans les ministères. C’est alors merveille de voir toutes ces maquettes convergeant vers la tête de bassin (parisien), le ventre gonflé d’oeufs (de la discorde) ou de laitance (sont durs). Après l’accouplement, les corps des maquettes vont alors pourrir sur la grève, mais la génération suivante est déjà en train de dévaler l’onde fraîche pour rejoindre la mer nourricière (Alma mater) seule à même de permettre un développement correct.

Encore un moment : un petit film ci-dessous permet de suivre la procédure pour bien tuer une maquette (attention la scène comporte des images pouvant choquer de jeunes étudiants de première année et des collègues en préretraite).

Nouvelle nouvelle : le Château Pecresse (voir le portfolio) a fait ses preuves. Il est à ne pas boire jusqu’à la lie.

  • **

Maquettes en escabèche (préparation très rapide, toujours pratique en cas de délai très bref) * Vider les maquettes * Les faire revenir dans 6 cuillérées d’huile de Pécresse bien chaude, pendant 3-4 minutes * Dans une sauteuse, verser de nouveau 6 cuillérées d’huile de Pécresse bien blonde, ajouter des petits oignons, de l’ail, du laurier, des carottes, du piment de CPU, et arroser avec un peu de vinaigre de Darcos. Cuire à petit feu 10 minutes. * Dans un plat à maquettes creux, déposer une couche de légumes et une couche de maquettes. Mettre à rafraîchir. * Servir très froid, avec des rondelles d’IUFM.

– Rillettes de maquettes

Prendre une formation des enseignants dodue et aux écailles luisantes. Lui couper la tête et lui enlever les entrailles (formation disciplinaire, formation pédagogique). Enlever avec soin le stage, qui risquerait de gâcher le goût de la préparation ; le jeter. Découper la formation en filets dont chacun sera négocié séparément. Passer le tout à la moulinette budgétaire. Assaisonner d’un hachis de concours la maquette ainsi obtenue. Déguster pour moitié en 2010, pour moitié en 2011 (les rillettes de maquettes se congèlent très bien).

– Brandade de maquette

  • Faites dessaler la maquette au moins 24 heures avant de la remonter au ministère, changez l’eau au moins trois fois, rincez et assurez-vous que tout contenu a disparu. *Sortez la maquette et triez-la bien en enlevant soigneusement les connaissances disciplinaires. * Pilez la maquette très fin en ajoutant un peu d’huile de décret tiède ; Pelez les circulaires chaudes et écrasez-les. * Dans une casserole mettez une cuillère d’huile de décret et faites juste tiédir, incorporez les circulaires à la maquette et lissez-la bien longuement. * Dressez et servez tiède avec les salades du ministère, à défaut quelques feuilles d’arnaque sauvage iront très bien aussi.

– Mille-feuilles de maquette salé

Préparez la purée de maquette en ébouillantant soigneusement les fondements disciplinaires. Lorsqu’ils s’écrasent d’eux-mêmes, achevez-les au presse-concours. Réservez au frais pour moitié pour 2010 et pour moitié pour 2011.

Après avoir bien roulé les contenus dans la farine, donnez deux premiers tours de réécriture au décret, laissez poser un mois et redonnez deux tours. Si vous craignez que la maquette soit insuffisamment feuilletée, redonnez encore deux tours de décret CDU pour dynamiser l’ensemble.

Fourrez la pâte avec la purée de disciplines bouillies. Enfournez, laissez cramer.

Avant de servir, décorez avec un peu d’oseille que vous aurez généreusement prélevée sur les budgets.

– Maquette en papillotes (idéal pour des invités surprise du ministère)

  • Choisissez de beaux parcours bien frais (oeil brillant, la chair ne doit pas s’effriter sous les doigts), passez-les à l’eau claire après les avoir vidés de leur contenu disciplinaire, déposez-les sur une feuille d’aluminium à en-tête de votre université. Salez, poivrez abondamment. Coupez une épreuve de concours en fines lamelles et ajoutez, à votre guise, quelques petites carottes d’IUFM. Recouvrez d’un filet d’entourloupe non filtrée et de quelques feuilles d’évaluation (d’AERES si vous en avez sous la main). Fermez les papillotes et placez-les délicatement sur la plaque de la présidence. Surveillez le temps de cuisson. Servez brûlantes dans des assiettes creuses.

– Gefilte Maquetten

Dans les recettes traditionnelles de gefilte Maquetten, on commence par enlever les arêtes des maquettes, souvent sur le lieu d’achat même. Les maquettes sont ensuite laissées dans une pâte fine, et bouillies avec des oignons et carottes. Comme son nom l’indique (gefüllte en allemand signifie rempli ou farci), les gefilte Maquetten servent souvent de farce à une réforme entière, qui est en ce cas servie en tranches.

– Maquettes du Fouquet

Prendre dans la Haute Classe, habitée par les stocks options quatre lèches-culottes arrosées de médailles républicaines. Les cuire cinq minutes à feu vif en les baptisant de vin rosé trafiqué de Barnier sous le contrôle d’Iznogouth le chambellan. Rôtie à point, ils récitent en bons élèves la ritournelle réformatrice du président ; pas de crise, il est né le « super enseignant » : travaille 18 heures sans supplément, le salaire n’est pas brillant ; le chômage, les hausses de salaires c’est toujours pour demain, peut être la saint glin-glin.

Les défilés : étudiants, profs, université c’est la récré, la crise du printemps. Mais la grande prêtresse au tablier blanc couvert du sang des enseignants :

  • fait sauter dans une poêle la recherche soi disant alanguie,
  • brûle l’enseignement dans le lait de la justice violée par la loi,
  • noie dans la cafetière la littérature, la princesse de Clèves et la sociologie,
  • découpe en souriant, en dés savants la philo et l’histoire ;
  • tranche et assassine des milliers d’enseignants ;
  • liberté égalité zut dit-elle la choucroute est brûlée. Que va dire le président ?

Enseignants, chercheurs, professeurs, Lyon 2, CNRS, INSERM, INALCO, Evaluation tordue, Cachan, Orsay, Rouen, Cinéma paris : le brouet est infâme clair, sans goût et trop salé.

Littérature, philosophie, histoire, anthropologie, psychologie, astronomie, museum des dinosaures, des plantes de montagnes du monde entier – la sauce est détestable.

Sauce et brouet seraient-ils donc meilleurs et seraient présentables ;

Hélas, trois fois hélas, grande pécheresse il vaudrait mieux jeter à la poubelle de l’histoire les maquettes du Fouquet, les rayer de la carte.

POUR LES REFAIRE PRENEZ LES SAGES DE L’UNIVERSITE. ILS SAURONT JOUER DE LA CASSEROLE ET L’ENSEMBLE SERA DE BON GOUT ET BIEN FAIT.

– Maquettes à l’armoricaine

Prenez une pleine palanquée de maquettes bien fraîches de la variété super-hâtive. Noyez soigneusement le poisson. Prélevez les viscères, les muscles, la cervelle, les nerfs, bref ne laissez que la peau et les arêtes que vous ferez sécher au soleil. Dans un grand faitout lubrifié à la graisse de mamouth, faites griller vivement le contenu des maquettes, puis laissez réduire au moins de moitié. Quand une forte odeur de roussi commence à se dégager, déglacez avec de l’eau tiède. Placez ce qui subsiste du matériau d’origine au mixer et incorporez une généreuse portion de connaissance du système éducatif montées en neige (veillez à faire le plus de mousse possible). Bourrez ensuite le mou des maquettes avec la mixture et ligaturez solidement pour que la gelée informe obtenue ne s’échappe pas. Vernissez soigneusement la peau avec de la gélatine d’indice brut de début de carrière bien brillante (une couche très fine suffira, c’est l’effet optique qui compte). Servez bien frappé sur un lit de queues de cerise en ajoutant une petite rondelle de stage pratique dans une assiette sur trois en moyenne. Ce plat est délicieux accompagné de poires bien mûres. Truc à savoir : il est encore meilleur préparé la veille pour le lendemain.

– Maquettes en colère

Ingrédients :

  • 4 maquettes vidées de leur contenu * 200 g de farine * 1 citron * 1 pincée de piment de Cayenne (qui d’ailleurs va rouvrir bientôt) * 1 cuil. à café de paprika * 4 piques en bois (type cure-dent) * sel

Préparation

Lavez et essuyez les maquettes. Mélangez le piment de Cayenne et le paprika à la farine. Salez l’intérieur des maquettes. Roulez les maquettes dans la farine. Ouvrez l’agrafe des maquettes, insérez-y le bas des maquettes, puis maintenez le tout en transperçant la bouche de haut en bas d’une pique en bois. Cuisez 5 min dans une friteuse préchauffée à 170° (thermostat 5-6, avec son souci constant de l’environnement qui le caractérise, Borloo vous recommande d’utiliser de l’huile recyclée de Mac Do, partenaire du futur CAPES de diététique). Égouttez sur une feuille de papier absorbant, pour enlever les traces de cours fondamentaux qui donnent un goût amer, et servez avec des quartiers de « connaissance du système éducatif ». Servir dans un plat et parsemez ci et là de stages. Vous pouvez accompagner les maquettes avec des grosses salades.

– Maquettes à la Colbert

Pour une fois, je n’ai pris que peu de libertés par rapport aux directives de l’OMC. Quand on fait dans le classique, il faut assumer jusqu’au bout.

Ingrédients

  • deux maquettes en portefeuille (d’actions, bien entendu)
  • trois échalotes
  • un demi verre de vin blanc (cela peut-être le reste d’un litre de Darcos 3 étoiles déjà bien entamé)
  • beurre
  • sel et poivre blanc

Préparation de la maquette

Il faut l’ouvrir en portefeuille, c’est à dire par le dos, c’est assez facile, mais il y faut de la méthode. On commence par décoller une page sans aller crever la peau du ventre : Puis on procède de même avec l’autre page (si votre maquette a par miracle plus de 2 pages, faites, mettez les de côté pour une brandade de maquette) de façon à dégager l’arête centrale des réformes. On coupe cette dernière au niveau de l’OMC, puis on fait de même côté Union Européenne. Attention, c’est délicat, il vaut mieux se munir de ciseaux d’écailler/ (…et toujours cet oeil de Bercy qui nous surveille…) : /On termine en le vidant de tout contenu disciplinaire, si ce n’est déjà fait, en l’ébarbant des options trop techniques, en enlevant les matières fondamentales, on le rince et on l’éponge (si on n’a pas déjà jetée cette dernière). C’est important d’enlever les matières fondamentales d’une maquette, car elles donnent de l’amertume. Même chose lorsqu’on confectionne un fumet de maquette.

Recette

Préchauffez le four à 220°. Pelez les échalotes, hachez les finement et faites les suer sans coloration dans un peu de beurre.

Beurrez légèrement une case en terre, parsemez-la des échalotes, et posez les maquettes par dessus. Versez le demi verre de vin blanc (De Darcos) autour. Saupoudrez-les de chapelure (j’utilise des petites universités qu’on trouve en épicerie bio chez Pécresse, que j’écrase, je vous garantis que ça change tout et que ça concilie les plus récalcitrants à la LRU !). Disposez quelques fragments de beurre, pour que tout passe bien, salez et poivrez (très légèrement).

Passez au four très chaud genre six minutes, la bonne cuisson se détermine au moment où le tampon du ministère sur les maquettes blanchit.

Ce qui me plaît bien dans les recettes qui réclament un demi verre de vin, c’est qu’il en reste un peu dans la bouteille. J’ai donc bu là-dessus un bordeaux blanc de Xavier Darcos, du domaine Fraudeaux-Bac, de très loin le meilleur rapport qualité prix de ce vignoble, puisque pour seulement 2000 euros, on a un remplaçant corvéable.

– Remontés de maquettes (Raviolis)

Processus de Bologne

Ingrédients :

  • Pour la farce : 800g de maquettes de master (parcours, filière, enseignement), 150g de LMD2, ¼ de litre de vin de messe aromatisé, herbes (stage, tutelle, lauriers, capes blanc en grains, mémoire de M1), crème, 2 œufs et aeres.
  • Assaisonnement : beurre, aeres, râpé, oral, écrit.
  • Et la pâte, naturellement.

Réalisation :

Faire cuire les maquettes dans l’eau et le vin de messe avec les herbes. Ôtez le disciplinaire et les contenus, mettez à part un peu de chair qui servira pour la sauce, mixez le reste avec le LMD2. Réservez aussi 2-3 cuillérées de ce mélange pour la sauce.

Lier la maquette mixée avec les œufs, le mémoire de M1, l’aeres et un peu de crème fraîche. Avec la farce, on prépare des raviolis de belle taille (compter 10-12 par personne) de la forme qu’on préfère et on les cuit dans de l’eau salée.

On les passe ensuite à la poêle en leur incorporant un mélange de beurre, chair de maquette émiettée, maquette mixée, CAPES blanc frais (é)moulu. Puis l’aeres et une pincée de râpé (malgré la présence de maquette) Dans le cas où la sauce serait trop épaisse, l’allonger avec un peu d’eau de cuisson de la maquette.

– Maquettes à la Thatcher

Encore appelées, maquettes à la Reagan, les maquettes à la Thatcher sont un plat populiste, économique, maigre et sans saveur ; un plat mondialisé pour lendemain de crise de foi.

Aborder le vivier plein de maquettes sans prendre de gants. En virer la moitié d’un geste autoritaire du poignet. Demander si nécessaire l’aide du propriétaire, président de la maquette publique. Ne pas se laisser attendrir par les belles maquettes frétillantes jetées sur l’herbe. Détourner l’œil et ne plus s’en occuper. Parmi les maquettes restantes, garder les plus grasses et les plus dociles ; les faire tourner en rond et jeûner pendant huit semaines. Jeter le reste en pâture à la populace. Lorsque les maquettes sélectionnées sont bien affinées, les pocher au beurre négocié. Pour absorber le trop plein de revendications, les évaluer cinq minutes sur papier absorbant en sept exemplaires. Présenter les maquettes entre deux moitiés de pain brioché enrobées d’une sauce parlementaire épaisse et parsemée de brins de démagogie. Envoyer les sept exemplaires d’évaluation papier au ministère, signés par le président d’université et l’ensemble des directeurs d’UFR, avant la date limite des prochaines élections présidentielles. Déguster les maquettes à le Thatcher avec un vin de pays de la communauté européenne ou un coteau de Lisbonne.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans 1. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s