Communiqué de la liste PAU – 02/10/08

Nous venons de prendre connaissance du « compte rendu » du dernier Conseil d’Administration envoyé par le groupe Perspectives. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’écrit en question est réducteur : il ne rend compte que très partiellement des positions qui ont été exprimées pendant la séance par l’ensemble des présents et il semble bien que cette représentation partielle est politiquement motivée. Il s’agit pour le groupe Perspectives non seulement de mettre en cause l’honnêteté et la droiture de la nouvelle équipe présidentielle, qui sans doute va répondre sur la question de sa « manipulation » des faits en ce qui concerne la réglementation des tractages dans l’enceinte universitaire, mais aussi de déformer les positions des autres acteurs du CA qui ne partagent pas le point de vue de Perspectives.

Pour ce qui concerne les représentants de PAU, nous avons effectivement déclaré notre intention de voter pour le candidat soutenu par la présidence à la vice-présidence du CA, à savoir André Tiran. Nous avons clairement indiqué qu’il s’agissait pour nous de permettre à la nouvelle équipe de se constituer et que nous refusions (à la différence de Perspectives) d’en faire une affaire de personne. Nous avons effectivement indiqué que de notre point de vue la nouvelle orientation de l’Université impulsée par le nouveau Président allait dans le bon sens, et nous avons rappelé que la mise en place d’une Commission Ressources Humaines, avec une parité de représentation des personnels enseignants et BIATOSS récemment décidée par le CA sur proposition présidentielle, était une de nos demandes. Nous avons également rappelé que la Commission Sécurité qui doit faire la lumière sur les pratiques de surveillance de militants étudiants constatées par nous sous l’ancienne présidence était aussi une de nos revendications. Nous nous félicitons en effet que la communauté universitaire ait enfin son mot à dire sur la manière dont elle a été surveillée, hors tout cadre légal, ainsi que sur le coût réel et l’efficacité (loin d’être établie) des caméras de surveillance. Réaffirmant notre autonomie absolue par rapport à l’équipe présidentielle en place et notre intention de poursuivre nos interventions dans et en dehors du CA en toute indépendance, nous avons souligné notre opposition à toute forme de privatisation des financements des activités universitaires et donc notre désapprobation par rapport à la création d’une chaire de recherche à l’Université de Lyon 2 financée par des banques privées.

A PAU nous ne sommes pas les seuls à tenir ces positions et à considérer que la nouvelle situation ouvre de nouvelles perspectives de lutte au sein de l’établissement pour la défense des droits des salariés, qu’ils soient enseignants ou BIATOSS, et pour l’amélioration des conditions d’études des étudiants. Dans les votes au sein du CA un large consensus syndical a pu être obtenu sur bon nombre de questions. On peut être en désaccord avec nous. Nous n’avons jamais refusé le débat avec ceux et celles qui expriment de tels désaccords : au contraire nous avons multiplié les initiatives publiques qui permettaient un débat contradictoire. Au sein même de PAU ce débat reste ouvert et notre position actuelle évoluera en fonction de notre appréciation des changements introduits par la nouvelle équipe. En revanche, le désaccord politique ne légitime pas tous les comportements : les attaques haineuses de la part de certains représentants de Perspectives doivent cesser. La déformation systématique de nos positions aussi. Nous invitons tout le personnel à comparer le compte rendu partiel et partial que vient de publier Perspectives avec le compte rendu officiel à venir du CA de vendredi dernier, où nos positions seront rétablies telles qu’elles ont été énoncées.

La nostalgie des temps anciens quand les amis étaient aux manettes n’est sans doute pas bonne conseillère. Les enjeux de ces luttes personnelles sont dérisoires par rapport à ce qui nous attend en tant que communauté universitaire. Des luttes sont à organiser dans les Conseils et en dehors de ceux-ci, autrement plus importantes que celles qui occupent ceux qui viennent de subir une défaite par les urnes. Des luttes en faveur des salaires des plus modestes d’entre nous (et des autres) ; des luttes pour empêcher la néo-libéralisation de l’Université française avec ses intolérables inégalités, ses institutions fortement dotées et d’autres réduites à la portion congrue ; des luttes pour défendre nos statuts mis à mal par les projets ministériels ; des luttes pour empêcher une privatisation rampante qui, comme nous l’avons dit au dernier Conseil d’Administration, sera mortifère pour l’Université telle que nous la connaissons et nous privera pour longtemps de la possibilité d’une autre université, démocratique et solidaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s