Elections conseils centraux Univ. Lyon 2 – 2016

 

agirAvec le soutien du snesup

Chères collègues, chers collègues,

La forte participation aux élections des conseils centraux a manifesté l’enjeu que représente le prochain mandat pour notre communauté universitaire. Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont contribué par leur vote au succès des listes AGIR – Pour une université démocratique, ouverte et solidaire dans les trois conseils : Conseil d’Administration, Commission de la Formation et de la Vie universitaire (CFVU), Commission de la Recherche.

Dès à présent, nous travaillons à la mise en œuvre du projet politique que nous vous avons proposé pour l’Université Lumière Lyon 2. Nous serons à la disposition de toutes et de tous pour engager, avec les représentants des autres listes, notre établissement dans cette voie démocratique, ouverte et solidaire.


Nouveau texte (08/03/2016)

Quelle organisation pour quelles actions ?

AGIR est un large collectif de collègues de toutes disciplines qui se sont rassemblé.es autour d’un projet et surtout d’une vision commune de notre université, des problèmes auxquels elle fait face et des moyens pour y remédier. Les candidat.es des listes AGIR sont issu.es de différentes composantes, sont rattaché.es à des laboratoires de tailles et de statuts très variés, ont des trajectoires professionnelles diversifiées. Les listes que nous présentons à votre suffrage reflètent cette diversité, afin que le plus grand nombre possible d’UFR, d’instituts, de laboratoires soit représenté dans les conseils centraux. (lire la suite…)


Nouveau texte (04/03/2016)

Formation et recherche
Priorités pour les missions centrales de l’Université

En complément de la profession de foi des listes AGIR, dans laquelle nous présentons les grandes orientations que nous  voulons  pour  notre  établissement,  nous  souhaitons  ici  développer  plus  précisément  certains  points  des  volets enseignement et recherche de notre projet. Quels en sont les principaux enjeux ? Quelles sont les priorités dans ces deux grands domaines, au cœur de nos missions ? Quelles réponses apporter aux difficultés soulevées par  nombre  de  collègues quant  à  la  structuration  de  la  recherche  et  à  l’organisation  des  enseignements  ?  Les  questions  de  formation  et  de  recherche  abordées  dans  ce  document  ne  couvrent  pas  l’ensemble  du fonctionnement  et  des  activités  de  l’établissement  dans  l’accomplissement  de  ces  missions  mais  visent  à  répondre à des préoccupations exprimées actuellement de manière très forte dans l’établissement. (lire la suite…)


Profession de foi – Listes Agir

Les listes AGIR sont nées d’une volonté et de convictions partagées. Elles se nourrissent d’expériences acquises dans les conseils de composantes et dans les conseils centraux, à la direction d’UFR, de départements et de laboratoires, dans des responsabilités de formations, de partenariats et de programmes scientifiques. Elles regroupent des collègues qui ne reconnaissent, dans les orientations et pratiques actuelles de notre établissement, ni nos principales missions, ni le sens du collectif indispensable à leur poursuite. Nos listes portent un projet qui entend proposer d’autres choix et d’autres horizons pour notre université, pour ses étudiant.es et pour ses personnels. (lire la suite..)


 

Nouveau texte (19/02/2016)

Agir et résister : Quelles marges de manœuvre pour la prochaine équipe ?

Beaucoup de collègues s’interrogent sur la possibilité d’agir aujourd’hui dans l’université. On attendrait un autre mode d’administration, d’autres méthodes de travail, davantage d’écoute et de respect pour les personnels et leur travail. Mais les choix politiques, les grandes orientations de l’établissement ne sont-ils pas contraints à la fois par le cadre national (austérité budgétaire, accréditation nationale des diplômes…), par l’intégration dans la COMUE, par les décisions prises par la précédente équipe ? Existe-t-il de véritables marges de manœuvre ou la prochaine équipe sera-t-elle condamnée à la gestion de l’existant, au mieux amendée par des mesures cosmétiques sans réelle incidence sur les activités de formation et de recherche, sur les conditions de travail, sur le fonctionnement de l’établissement ?  (lire la suite…)


Agir – Pour une université démocratique, ouverte et solidaire

Jamais nous n’avons eu autant besoin d’une autre Université. De manière générale, les politiques de restriction budgétaire, de mise en concurrence des établissements et de managérialisation de l’université ont profondément dégradé le service public d’enseignement supérieur et de recherche. Localement, les pratiques et les (non) choix politiques de la présidence ont endommagé l’image de Lyon 2 à l’extérieur et créé une situation intenable à l’intérieur. Il est aujourd’hui nécessaire de changer de cap. Pour reconstruire notre université et son image, nous ne croyons pas à la constitution d’une vaste coalition dont le seul projet serait de regrouper toutes les sensibilités. Cette démarche a déjà montré ses limites et ses dangers. Nous savons que notre université compte nombre de collègues de talent, dont le dévouement ne fait aucun doute, qui partagent avec nous le désir de bien travailler dans un établissement dont nous puissions de nouveau nous sentir fiers. Mais pour y arriver, il faut une vision forte, partagée, de ce que constitue l’Université. Grâce au travail constant de nos élu.es et au soutien des collègues qui les entourent, nous avons été une force de proposition constructive au service d’une autre vision de notre université. Ce document détaille cette vision, et pose les bases d’un projet pour le prochain mandat.

La suite

Publicités

Accueillir des réfugiés au sein des universités (et à Lyon 2 ?)

Refugees_WelcomeNote de Valérie Robert (Sorbonne Nouvelle Paris 3) source

Les universités françaises devraient jouer un rôle dans la mobilisation en faveur des réfugiés, qui pourrait prendre une forme institutionnelle en développant l’accueil de ces derniers.

Ceci est déjà le cas en Allemagne, dans de nombreuses universités qui ont réagi à l’afflux de réfugiés de ces derniers mois par des programmes souvent similaires :
- accueil des réfugiés comme auditeurs libres « officiels » (même si officiellement il leur est interdit d’étudier)
- programmes spécifiques, aide à l’orientation, possibilité d’assister à un certain nombre de cours voire (Munich), de valider des ECTS
- accompagnement par des tuteurs, cours de langue etc.

Voici quelques exemples en anglais :
- la Humboldt Universität à Berlin
- l’université de Brême
- l’université de Munich

Que diriez-vous de mettre la pression sur nos CA respectifs pour développer et mettre en place des programmes similaires ?Les universités allemandes ont mis en place (souvent sous la pression des étudiant-e-s) des dispositifs qui tiennent compte de la situation et des besoins spécifiques des réfugié-e-s ayant déjà commencé ou terminé des études dans leur pays ou ayant le niveau suffisant pour en commencer, et ce dès le dépôt de leur demande d’asile.

Voici ces initiatives, classées sous différents aspects.

Lire la suite

Université Lyon 2 – Les vacataires veulent être payés pour les heures travaillées !

La colère monte au sein du collectif des vacataires précaires. Dans l’attente d’une solution, ces enseignants en grève ont aussi décidé de pratiquer la rétention de notes. Conséquence : pas de validation des notes du premier semestre et des cursus bloqués pour les étudiants. Des membres du collectif ont manifesté ce jeudi 12 février sous les fenêtres des services administratifs de l’université Lyon 2, dans le 7e arrondissement. Des étudiants sont venus les soutenir. Selon l’université, un problème administratif est à l’origine du non-règlement des salaries. Mais de solution à l’horizon. La grève devrait être reconduite au retour des vacances de février.

Le Monde, 26/02/2015

Vidéo France 3